Le Vedanta

02/09/2018

École de philosophie ancienne de l'Inde, consacrée à la réalisation de la réalité ultime.

source : histophilo.com


La tradition du yoga est issue du Vedanta, mais n'est pas le Vedanta. Elle en est un prolongement.


Le Vedânta (terme sanskrit signifiant «fin, ou aboutissement du Veda») est une école de philosophie indienne issue de la tradition ancienne qui se consacre à la réalisation de la réalité ultime. Le Vedânta est une pensée non-dualiste qui affirme l'unité du monde et de l'être.

La littérature upanishadique forme la partie exégétique du Veda, terme, qui finit par désigner la totalité des dispositifs doctrinaux fondés sur les écrits védiques (Upanishad, Bhagavad-Gîtâ, Brahma-Sûtra principalement).


Doctrine


Le Vedânta définit la nature de l'Existence, enseignant que le Soi (âtman) est de même nature que le Brahman, la Réalité ultime indifférenciée. La vision de cette réalité est obscurcie en l'homme par une connaissance erroné (Vikalpa) sur lui-même et le monde, qui l'empêchent de vivre la plénitude de l'unité. Dans les Upanishad, la Conscience pure, nommée Brahman (le Soi universel), est présentée comme le substrat de l'univers, à partir duquel apparaissent le monde et aussi la conscience individualisée (Ahamkara).


Toutes ces formes, selon le Vedânta, ne sont que des apparences illusoires, car seul le Brahman existe en réalité. Le monde tout entier n'est pas ce qu'il semble être : il n'a pas d'existence indépendante, il est la manifestation d'une réalité ultime, il est une simple apparence, et il surgit par le jeu de mâyâ, le pouvoir créateur inhérent au Brahman.


On peut résumer ainsi cette voie de la connaissance absolue :

  • seul le brahman est réel (brahma satyam)
  • le monde est illusoire (jagan mithyâ)
  • l'individu n'est pas différent de brahman (jîvo brahmaiva nâparah).


C'est le maître (guru) qui aide l'étudiant à réaliser sa nature éternelle en lui délivrant l'enseignement, résumé par ces mots :

  • Tat tvam asi : "Tu es Cela"


Ayant reçu l'enseignement, l'étudiant doit réfléchir par lui-même, et il doit aussi méditer sur le Soi. La contemplation sur le message des Ecritures est un support pour cette méditation, comme ce mantra par exemple qui affirme notre nature divine et pleine de félicité :


  • So'aham : "Je suis Cela"


Pour l'Advaïta Vedânta, l'univers est une unique entité, une Totalité interconnectée. Les distinctions entre objets résultent de l'ignorance de la vraie nature de la Réalité, semblable au brahman, qui transcende le temps et l'espace. Dans cet état d'ignorance, l'individu est prisonnier des illusions du monde et n'échappe pas aux réincarnations successives, fruit de son karma.


Le Vedânta a associé à son développement ultérieur d'autres éléments philosophiques empruntés à un autre dispositif Indien, le Samkhya, qui définit par exemple trois "qualités" (les guna) présidant à la Nature, trois modes d'existence, trois modalités de la matière :


  • tamas (ténèbre), principe inférieur d'obscurité, d'inertie, de lourdeur, d'ignorance (surtout spirituelle), d'incapacité.
  • rajas (rouge), principe de désir, action et passion.
  • sattva (le fait d'être), principe supérieur d'équilibre, d'harmonie, de lumière, de sincérité, de pureté.


Advaïta veut dire littéralement «pas deux ; non duel». Dans cette pensée, la réalité est classée en trois niveaux : transcendental, pragmatique et apparent. Comme en comparaison du Brahman, qui est la Réalité Suprême, l'ensemble des autres réalités - y compris l'univers, les individus et même Ishvara (le Seigneur Suprême) - ne sont pas réelles.



L'univers, les individus et Ishvara sont vrais uniquement dans le niveau Pragmatique. Shankara dit qu'ils ont une "réalité relative". Pour les Advaitistes (non-dualistes), la Réalité Ultime s'exprime comme nirguna-Brahman, "Absolu sans qualité", "Dieu sans attribut". Le Brahman est Vérité illimitée, Conscience illimitée et Félicité illimitée (Sat-Chit-Ânanda). Le Brahman absolu devient le Seigneur Suprême (Ishvara) sous l'effet de Son pouvoir créateur nommé Mâyâ. L'univers matériel, et l'apparence des âmes individuelles innombrables, sont aussi à cause de la Maya.



La vraie connaissance (Jñâna) du Brahman est le moyen de la libération - lorsque l'âme individuelle réalise qu'elle n'est rien d'autre que le Brahman ; cependant, les bons Karma (fruits de l'action juste) et la Bhakti (dévotion) sont aussi reconnus comme des soutiens dans la voie vers la vraie connaissance.